Work in progress – Entretien avec Stéphane Bossuet

Work in progress – Entretien avec Stéphane Bossuet

« Renforcer les collectifs humains, faire partager les finalités de l’action collective, avec les pôles métiers, les laboratoires, les projets collectifs, les ateliers de transmission des savoirs…. »

Stéphane-Bossuetcarre

Photo Anne-Laure Guidicelli

Ces temps-ci le thème du travail est au cœur de l’actualité économique et sociale, comment fait-il débat au sein de la coopérative Artenréel ?

En ces temps de dématérialisation galopante, symbolisée par Facebook, Twitter… et autres synonymes de l’immatérialité, un groupe de coopérateurs tous volontaires planche sur le thème du travail  au sein de nos coopératives. De chair et d’os, ils se retrouvent depuis quelques lundis dans un format « work café », à débattre et préparer notre prochain séminaire annuel inter coopératives. Espace, temps, dialogue social ou révolution douce sont les thèmes majeurs, sortis des préparatifs au débat, grâce à un remue méninges mitonné par nos  animatrices de vie coopérative.

Il en ressort de ces palabres qu’aujourd’hui pas plus qu’hier, les travailleurs salariés à temps plein ou plus précaires restent insatisfaits des conditions de travail et continuent d’inventer toute une gamme d’actions et de réflexions permettant d’échapper aux rigidités de l’emploi.

Quelles sont ces actions qui permettent d’échapper aux conditions de travail insatisfaisantes, que vous évoquez ?

D’autres types d’organisation, collectifs ou entreprises  voient le jour en ce moment : des start up, creative spaces, Fab Lab et autres formes de travail de type « Do it yourself », expérimentent de nouvelles manières de travailler, ces « bricoleurs indépendants » au sens noble du terme, rencontrent un succès d’estime médiatique croissant. Néanmoins, cette tendance actuelle du tout entrepreneuriat n’est-elle pas un consentement à la logique libérale ?  C’est ce qu’attestent aujourd’hui les nouvelles modalités du management, qui mettent le salarié en situation d’indépendant.

Nos coopératives ne veulent pas être en reste et font sans doute mieux que redécouvrir le plaisir du travail autonome et de la coopération libre.

Qu’est-ce qui justifie cette différence organisationnelle sous statut coopératif ?

Quand bien même les communautés Hackerspace1 se revendiquent légitimement comme de nouveaux laboratoires du changement social, notre vision reste bien celle d’une organisation démocratique,  libre et émancipée qui incorpore des outils pédagogiques et de gestion originaux, élaborés pour et avec des personnes qui assument collectivement et économiquement leurs responsabilités et leurs destinées.

En coopérative, nous nous efforçons à ce que le travail demeure une affaire de professionnels en droits et en devoirs, c’est-à-dire que le travail s’accompagne de savoirs et de savoir-faire, d’expériences et de métiers, de valeurs professionnelles reconnues, mais vise aussi à protéger les droits sociaux de l’entrepreneur salarié.

Cette manière d’envisager le travail est-elle satisfaisante pour les entrepreneurs créatifs ?

Les sociologues contemporains, Boltanski, Chiapello, Menger critiquent les modèles de dérégulation qui traversent aujourd’hui l’univers du travail,  notamment les nouvelles pratiques managériales dont l’objectif est d’exploiter une main d’œuvre créative, flexible, et précaire, sous couvert que ces travailleurs puissent donner libre cours à leur besoin d’autonomie, de liberté, de créativité et d’épanouissement. La culture, l’information et le divertissement sont les cibles de ces pratiques, une formidable occasion de profit.

La politologue Dominique Schnapper souligne aussi le risque que l’autonomie revendiquée par les personnes se « corrompe » en indépendance, perdant alors tout sentiment d’obligation à l’égard des autres négligeant le destin collectif. Les indicateurs sociologiques traduisent cet affaiblissement du principe de la réciprocité et de l’implication dans les relations entre les personnes.

En coopérative, nous nous attachons à renforcer les collectifs humains, et à faire partager les finalités de l’action collective, notamment avec les pôles métiers, les laboratoires, les projets collectifs, les ateliers de transmission des savoirs… Une valeur ajoutée notable.

—–

1 Lieu où des gens avec un intérêt commun (souvent autour de l’informatique, de la technologie, des sciences, des arts…) peuvent se rencontrer et collaborer.

X